Savoir faire


Le Château Haut-Lamouthe est situé à 7km de Bergerac sur la rive gauche de la Dordogne. Depuis toujours, la vigne est présente sur cette propriété familiale.

En 1986, les frères Christian et Michel décident de se consacrer à la viticulture. Ils replantent et acquièrent d'autres parcelles. 18 ha sont dédiés à la production de Bergerac Rouge et Rosé. En 1997, leur troisième frère Alain les rejoint.

Deux ans plus tard ils se dotent d'équipements adaptés à l'élaboration de leurs vins sur place. Depuis 2001, le vignoble a adopté des pratiques culturales respectueuses de l'environnement.

En 2007, Nicolas Pouget, jeune agriculteur, s’installe et succède à son oncle Christian désormais retraité. Puis en 2013, c'est Julien Durand, qui dans les mêmes conditions, succède à son père Alain.    

Vignoble

Le vignoble (30 ha) est situé sur un terroir argilo-graveleux dans l'appellation Bergerac, sur la rive gauche de la Dordogne. Il permet l'élaboration de vins rouges, rosés et blancs de grande qualité.

Le Château Haut-Lamouthe produit également des pommes et des pruneaux d’Agen, avec pour les pommes et les prunes à confiture un système de commercialisation originale : la cueillette dans les vergers.    


Terroir

Sur la rive gauche de la Dordogne et dans la vallée de celle-ci, le lieu-dit La Mouthe se trouve au contact de deux faciès géomorphologues : la moyenne terrasse de la Dordogne et les colluvions argileux issus des coteaux molassiques et calcaires de Monbazillac.


Vous voulez tout savoir ?

Les vignes des parcelles concernées se trouvent sur la moyenne terrasse, à 42–43 mètres d’altitude, dans un environnement plan, sans exposition prédominante. A cet endroit du Bergeracois, la surface agricole est extrêmement viticole, à la lisière de l’appellation Monbazillac et au cœur de l’appellation Bergerac.

Légèrement bombées, les parcelles présentent des particularités viticoles intéressantes. En effet, l’association de graves et d'argiles confère à ce terroir à la fois :

  • une bonne capacité de ressuyage
  • une bonne réserve hydrique. De plus, l’absence de symptômes d’hydromorphie temporaire confirme l’excellent comportement hydrique de ces parcelles, et une alimentation en eau de la vigne favorable à une belle expression du terroir concerné. Ce sol relativement pauvre (teneurs faibles en éléments majeurs, en matière organique, sol à tendance acide…) présente un bon potentiel viticole qui doit être entretenu par une fumure raisonnée (analyse de terre). Il doit aussi être mis en valeur par un mode de conduite adaptée : densité de plantation élevée pour un rendement économiquement viable, entretien du sol favorisant l’aération, la vie microbienne, la bonne évolution de la matière organique.    

Nous aimons notre terroir et nous nous devons de le connaître !